61 - Le Café de la Croix-Morin

En prenant la rue des Carmes depuis la place de Gaulle, au débouché de cette rue, vous arrivez à l’embranchement de deux autres rues, à votre gauche celle de la Porte Madeleine, à votre droite celle de la Porte Saint-Jean, entre les deux, formant l’angle, vous trouverez un café.

 

Nous sommes sur la place de la Croix-Morin, laquelle porte ce nom du fait d’une croix autrefois plantée dans le champs d’un sieur Morin. Sauf que… Elle n’était pas située à cet endroit à l’origine, mais à la Porte Dunoise, c’est à dire grosso modo au croisement de la rue de Bourgogne, avec les rues Sainte-Catherine et du Cerceau (source : Emile Lepage : Les rues d’Orléans).

Voilà, vous vous êtes repérés géographiquement, vous avez eu droit à un petit topo historique… Si on se faisait une brève de comptoir ? Enfin une brève…

 

Ce qui est aujourd’hui « Le Bistrot de la Croix-Morin » fut et a toujours été un commerce. A la fin du XVIIème siècle, on y trouve une épicerie ; épicerie qui développe une activité de troquet, et nous voici arrivé au café. 

 

la carte postale, ci-dessous, nous fait découvrir l’endroit au début du XXème siècle. 

On remarque une marquise qui vient prolonger la façade principale. Elle fut installée en 1890 à la demande des cafetiers d’alors, à savoir Louis Théophile POULAIN et Octavie Mathilde GROUSSIER son épouse ; lesquels sont aussi propriétaire des murs. Murs qui seront transmis par succession à leur fille Jeanne Marie Mathilde, épouse de Léonce Paul Ernest BUFQUIN.

 

Revenons à notre carte postale vers 1900… Au dessus de l’enseigne « Café et Buvette », sont placées trois plaque : celle de gauche « Café », cette de droite « Vins » et celle du milieu « Gout ». Un café de bon goût ? Presque…

 

Plus simplement l’endroit est alors tenu par Georges Guillaume GOUT et son épouse. Etrange histoire que celle de cet homme....

Né en 1860 à Paris, ses parents disparaissent juste après sa naissance… C’est du moins ce qui apparait sur l'acte de mariage, puisque ses parents sont notés absent depuis 1860 ! Ces M. et Mme GOUT, sont-ils ceux qui apparaissent sur le cliché ? La question est posée.

 

Aujourd’hui, la fameuse Croix-Morin semble bien mal en point, perchée qu'elle est sur la façade. Une petite restauration s’impose, non ?

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    GÉRALD RENY (mercredi, 18 janvier 2017 09:29)

    Bonjour , je vous remercie pour votre curiosité sur lae café de la Croix Morin , ca