50 - "Jean Zay" un peu plus...

Avant-guerre était loué un local, au n°7 de la place Sainte-Croix, qui servait alors d’Ecole Supérieure de Jeunes Filles. Mais… je ne suis pas sûr que ce soit le pavillon jumeau de l’Institut : à débattre !

 

Toujours est-il qu’en 1931 sont établis les plans d’un nouvel établissement, lequel est prévu pour venir se placer le long du ci-devant cimetière Saint-Vincent, notre Parc Pasteur. 

Trois architectes se sont penchés sur son berceau pour le concevoir : MM. LAVILLE, PAILLARD et GARAPON ; ce dernier sera remplacé par M. DUBLIN. 

 

Le budget de 13,000,000 de francs est approuvé par le ministère en 1934. L’année suivante, les travaux sont adjugés et débutent… pour s’éterniser ! Nous sommes en 1936 et les grèves rythment la vie des français… Quoi de neuf 80 ans plus tard ?!

 

 

En 1939, c’est l’ouverture… à la fois de l’Ecole et des hostilités ! L’Europe, qui jusque là vivait sur des charbons ardents, s’embrase.

La paix revenue, ce lieu deviendra le Collège Jean Zay en 1949, transformé depuis en lycée…

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    PYB (mercredi, 01 juin 2016 10:19)

    Instructif, comme d'habitude. Je ne savais pas que le Parc Pasteur est sis sur un ancien cimetière. Qu'ont-ils fait des sépultures et de leurs locataires ? Après Jean Zay à quand Benjam ?