48 - Ca va saigner !

Si elle est bleue aujourd’hui, on l’imagine plutôt rouge… Ca débute comme une devinette, mais ce n’en est point une. De quoi je cause ? Je vous parle d’une boucherie ! Pour les tintinophiles cela évoque de suite « Non, monsieur, c’est la boucherie Sanzot ici… » (voir « Les bijoux de la Castafiore » p.5). 

Nous voici arrivé au n°37 de la rue de la Tour Neuve.

Bref, revenons à nos moutons, ce qui est une admirable transition pour évoquer les deux têtes de bélier que l’on peut admirer de chaque côté de cette devanture ; celles-ci semblent être en fonte et le tout a été réalisé par la société « REVILLON & CHAUMONT ». 

La société « REVILLON & CHAUMONT » était basée, à l’origine, au 139 de la rue Saint-Antoine à Paris. Créée le 29 août 1885, elle avait obtenu une mention honorable lors de l’exposition universelle de 1889. Ce qui nous permet d’avoir une datation approximative de l’objet de notre curiosité du jour.

Qui dit boucherie, dit forcément boucher ! Là, nous croisons la route de Denis Geoffroy Célestin ROBERT (1865-1910) dit Ernest. Pas la peine de me demander pourquoi : je-ne-sais-pas. Il se trouve juste que c’est son prénom d’usage. Il semble que ce personnage ait exercé  sa profession au n°35, et non au n°37, à partir de 1892. A son décès, sa veuve poursuit l’activité bouchère, j’ai nommé Aimée SEPTIER (1870-1957). Puis ce sera le tour du fils, André (1901-1961) et de son épouse Juliette Lucienne Eva SAMSON (1901-1980).

 

Sauf que, si l'activité a bien débuté au n°35, elle a ensuité été transférée au n°37. Peut-on supposer que la devanture a été démontée puis remontée ? Pas du tout ! Compte-tenu des dimensions, ca ne colle pas. Conclusion, elle a été belle et bien mise en place au n°37. Autre point, c'est en 1899 que le fameux "Ernest" a acquis le n°37.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    PYB (mercredi, 18 mai 2016 10:53)

    Merci pour ce travail de détective. J'allais à l'Ecole Primaire de la rue de l'Université (à côté de la Préfecture) dans les années 1950. Il n'en reste plus rien. Le quartier Bourgogne était mon quartier, mais je ne me rappelle plus de grand chose sinon qu'à l'époque la rue Bourgogne regorgeait d'activité.

  • #2

    Françoise (vendredi, 28 octobre 2016 11:34)

    je me souviens bien de cette boucherie car je passais devant tous les jours pour aller dans une petite école privée en bas de la rue de la Tour Neuve (il y a 65 ans environ)