44 - 99 moutons...

Le touriste lambda s’éloigne rarement, si ce n’est jamais, du centre ville. Le curieux, lui, traîne ses guêtres dans les rues hors les murs de l’enceinte originelle. Et vous savez quoi ? On y découvre de bonnes surprises !

Prenons la rue Pasteur, poussons jusqu’au n°28 et… Arrêtons-nous un instant s’il vous plaît. Que voit-on ? Une maison bourgeoise début de siècle, construite en briques et pierres. Une de plus ? Pas exactement… Il faut toujours y regarder à deux fois…

La demeure est indéniablement d’esprit Art Nouveau, l’élément-clé en est la lucarne à pinacle. Au centre un blason meublé de trois moutons, encadré de deux béliers retenant une draperie, laquelle glisse sous ledit blason tout en cachant le haut d’une clé de linteau décorée d'une feuille de chardon. A noter, de part et d’autre, les deux orifices circulaires d’où tente de s’échapper une eau figée par le froid, ce que l’on nomme une congélation. Je reviendrai sur ce détail… La baie en plein cintre de la lucarne est entourée d’un décor à feuilles de chardons.

Sur le côté de la maison, une date : 1906, et deux noms…

 

 

Vous vous souvenez (peut-être) de ce petit billet à propos de la maison au n°46 de la rue Saint-Marc ? Ou encore de celui concernant cet hôtel au décor choucrouteux posé au bord du quai Barentin, au n°10, non ?

Rue Saint-Marc n°46

Quai Barentin n°10

Petit rappel… le n°46 et n°10 ont été construits en 1906 (?). Le premier pour et/ou par Georges BARILLET, un entrepreneur en bâtiment ; le second, pour et/ou par Philippe MORLON (et non MORLAND comme l’indique la fiche « Monuments Historiques » : PA00132575). Ce qui veut dire que ces trois maisons sont de la même époque.

 

 

Un constat s’impose : on retrouve le décor en congélation au n°28 de la rue Pasteur, tout comme au n°46 de la rue Saint-Marc ; il en va de même pour la reprise du motif végétal à base de feuilles de chardons.  

Congélation

Chardon

Congélation et chardon

Il se trouve que l’entrepreneur du n°28 rue Pasteur est… Philippe MORLON ! Est-il celui du n°46 rue Saint-Marc ? Et Léon ROULLEAU, architecte du n°28, est-il aussi l’auteur du n°46 ?

 

Mais... Revenons maintenant à nos trois moutons du blason…

Ce décor est celui que l’on retrouve sur… l’Hôtel du Berry ! Premier immeuble construit rue de la République, sa première pierre fut posée en grande pompe le 7 avril 1895. Mais pourquoi ce blason ? Bêêê... Parce que c'est celui de la ville de Bourges, la capitale berrichonne ! Avec une petite variante dans le cas du n°28 de la rue Pasteur, la position des moutons se veut moins statique.

Blason extrait du Plan de la ville et des faubourgs de Bourges levé pendant les années 1813, 1814 et 1815 par MM. les géomètres du cadastre... (consultable sur GALLICA)

Blason de la ville de Bourges dans le fronton de l'Hôtel du Berry

Carte postale début XXème siècle

Les propriétaires des lieux, René ROY et son épouse Marie Constance FIOU, étaient originaires de Saint-Satur (18) en… Berry ! Et en Berry : 99 moutons et 1 berrichon, cela fait 100 bêtes !

René ROY (1836-1907), son épouse Marie Constance FIOU (1846-1911)

et leur fille Blanche Irénée ROY (1868-1956) - (Collection de M. Guy CARDOËN)

Quel lien avec le n°28 de la rue Pasteur ? Tout simplement celui-ci : cette maison a été construite pour Jacques Joseph DECORZENT et son épouse Blanche Irénée ROY, les gendre et fille des époux ROY-FIOU, et successeurs de ceux-ci à la tête de l’Hôtel du Berry…

Jacques Joseph DECORZENT (1855-1918), son épouse Blanche Irénée ROY (1868-1956), en 1890

(Collection de M. Guy CARDOËN)

Jacques Joseph DECORZENT (1855-1918) et Blanche Irénée ROY (1868-1956), vers 1915

(Collection de M. Guy CARDOËN)

(Collection de M. Guy CARDOËN)

Ce billet est d’une longueur inhabituelle, mais… J'ai pensé que le sujet le méritait. 

 

Je tiens à remercier M. Guy CARDOËN d'avoir si gentiment  accepté de me confier les portraits de ses aïeux pour illustrer mon propos.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    jeandler (mercredi, 20 avril 2016 08:33)

    Tout à fait. Bien illustré, bien commenté et d'intérêt. Quelle quête ! Digne d'un fin limier. Merci. Une belle page sur l'art Nouveau en la ville.

  • #2

    PYB (mercredi, 20 avril 2016 15:08)

    Excellent travail

  • #3

    Philippe YLAN (mercredi, 20 avril 2016 21:57)

    Excellent travail, très bien documenté, il semble qu'il y ai pas mal de maison de'un style "art déco" ou art nouveau sur Orléans éparpillées un peu partout dans Orléans. Je suis aussi passionné de l'histoire d’Orléans et des vieilles photos de notre ville. Si je puis me permettre et en toute amitiés, je suis photographe amateur, je pense que les photos ( actuelles ) gagneraient à être légèrement retouchées ou prise de manière à limiter ou supprimer les fils électriques et téléphoniques lorsque c'est possible. 5 si besoin d'aide pas de soucis) bien amicalement

  • #4

    odile Bach (samedi, 23 avril 2016 23:15)

    Mille Bravos Quel esprit d'observation ! et que de recoupements géniaux, je ne sais si je serai capable de tout répéter. Et pour moi Bravo pour les photos : elles sont superbes, en particulier la maison rue St Marc