14 - La maison Charpentier

Il vous faudra sortir de l’intra muros pour aller au-delà du boulevard Rocheplatte, et vous diriger dans la rue Xaintrailles, afin de découvrir au n°9 celle que je vais appeler « La villa Charpentier ».



Construite en 1899,  dans un style néo-gothique très caractéristique de l’époque ; il existe d’autres maisons dans le même esprit à travers la ville. Elle fut bâtie à l’initiative de Marie Auguste Ernest CHARPENTIER (1857-1905), et offre aux regards un bel ensemble de décors sculptés.



Tout d’abord la porte, tout un savoir faire de menuiserie et de sculpture, avec ses motifs végétaux et sa tête de lion. La clef de la baie à meneau comporte un cartouche à relief. Un homme, fusil au côté, désigne un cerf à son chien qui en semble tout interloqué. Juste en dessous, sur un ruban courre une devise : « Post laborem lætitia venatio », ce qui peut se traduire par « Après le travail, le plaisir de la chasse »



A bien y regarder, la profession du propriétaire des lieux transparait dans le décor de plusieurs culs-de-lampe, qui symbolisent le travail du métal.


Il me faut ici évoquer, rapidement je vous rassure, la saga familiale des Charpentier. Tout débute en 1843 lorsque deux frères arrivés de Paris, s’associent pour le commerce des fers, fontes, tôles, etc. Dix ans plus tard, la petite affaire ayant prospéré, ils proposent des charpentes et planchers en fer. 

1869, décès d’Hippolyte Eugène, l’un des frères, laissant Pierre Alphonse Jules poursuivre l’aventure commerciale. 

1879, ce dernier s’associe avec son fils et son gendre sous la raison sociale « J. CHARPENTIER et fils aîné et A. NEVEU ». Cette fois il est question du commerce de fers, de constructions en fer, de serrurerie, de clouterie et du commerce des charbons.

Au décès de Jules en 1894, les deux beaux-frères poursuivent l'activité.

1905, décès de Marie Auguste Ernest, évoqué plus haut. Sa veuve s’associe avec Henri Marie Alfred PONROY, et l’entreprise de poursuivre son existence en ce début de XXème siècle dans «  L’exploitation d’un établissement industriel et commercial pour la fabrication et la vente des lits et meubles en fer, cuivre et autres métaux, le commerce des fers, les constructions en fer, la serrurerie, la quincaillerie, l’outillage et le commerce des charbons »


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Bernard Heude (vendredi, 11 septembre 2015 11:29)

    Cher Eric,
    Je suis toujours aussi interloqué par ton érudition et tes découvertes. Merci de continuer à nous réjouir.