2 - Le "Café Choinet"

Sur la place Martroi, dans le bâtiment où se trouve la librairie Chantelivre, il y avait auparavant une banque et encore bien avant le « Café Choinet ». Cette antique institution orléanaise voit son origine remonter au début du XIXème siècle. Mais en réalité ce n’est pas un mais deux « Café Choinet » qui existèrent. 

Le premier fut créé par Jean François CHOINET. Ce parisien d’origine, que l’on retrouve concierge de la prison des Minimes (aujourd’hui les Archives départementales du Loiret) vers 1794/1795, débute en 1800 sa carrière de cafetier au « Café de l’Espérance », situé au n°2 de la rue de la Levrette (rue disparue lors du percement de la rue Jeanne d’Arc). En 1806, semble t-il, il s’installe dans une maison place du Martroi (n°1 surlignée en rouge ci-dessus), où il décède en 1818.


L’une de ses filles, Olive Eugènie, avait épousé en 1820 Louis François Marie CAZIN, un ex-lieutenant d’infanterie admis au traitement spécial de réforme, originaire lui aussi de Paris, il devint à son tour cafetier. En 1826, on assiste à la vente de l’intégralité du fonds de commerce de ce premier « Café Choinet » : « faïence, poterie, verrerie, tentures sur toiles, chaises, tabourets, banquettes, lustres, quinquets, hollandaises, fenêtres, contrevents, volets, porte en chêne, crémaillères, poëles en faïence, fourneaux, casseroles, rôtissoires, tourne-broches, etc. », tout est vendu !


C’est sans doute vers cette époque que s’effectue le transfert dans la seconde maison (n°2 surlignée en rouge ci-dessus). 1846, on y trouve M. OZANNE, puis en 1853 M. HARDY, lequel cède la place à M. LEFEBVRE fils.


Ce dernier se porte acquéreur, la même année, d’un superbe billard en marqueterie Boulle fabriqué par M. FOUQUEAU-LECOMPTE, moyennant 5,000 fr., somme plus que coquette pour l’époque. Il faut dire que l’objet en question avait été exposé lors de la « Great Exhibition of the Works of Industry of all Nations » organisée à Londres en 1851 (soit la première Exposition universelle).


En cette même année 1853, on débat fermement au sujet des embellissements à apporter à la place du Martroi, lesquels passeront par un alignement drastique des lieux.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    christelle touleron (mardi, 14 juillet 2015 11:55)

    Bravo au Sherlock Orléanais!